Reconnaissance faciale sur smartphone comment ça marche ?

Après le code PIN et l’empreinte digitale, de plus en plus de smartphones ont rajouté la reconnaissance faciale au mode de déverrouillage de leur écran. Il s’agit d’une technologie biométrique utilisée pour identifier et/ou authentifier une personne à partir de son visage. Si vous êtes curieux de savoir comment fonctionne la reconnaissance faciale sur mobile, vous êtes au bon endroit.

Capturer une image de référence

La première étape de la reconnaissance faciale sur mobile consiste à capturer une ou plusieurs images qui vont servir de référence pour pouvoir identifier une personne. Pour les smartphones Android, une image est suffisante car leur algorithme repose sur une reconnaissance faciale en 2D. Par contre, pour les iPhones, plusieurs images de visages – capturées sous différents angles – sont nécessaires car ces appareils utilisent un algorithme de reconnaissance faciale en 3D. Les images sont ensuite stockées en vue d’une comparaison ultérieure.

Pour diminuer le taux d’erreur, la qualité des images de référence doit être bonne, surtout pour une reconnaissance faciale en 2D. La capture doit se faire dans un endroit bien éclairé mais à l’abri de la lumière directe du soleil. Il faut également s’assurer que l’objectif de l’appareil photo soit propre, que le visage soit bien dégagé et se trouve à une bonne distance de l’objectif.

Établir une cartographie du visage

Une fois que les images de référence sont capturées et stockées, un logiciel de reconnaissance faciale établit une cartographie du visage. Elle se présente sous forme de mesures obtenues à partir de différents points de repères appelés points nodaux. Le visage est constitué de 80 points nodaux dont les principaux sont la distance entre les yeux, les arêtes du nez, la distance entre le menton et la lèvre inférieure, la distance entre le nez et la lèvre supérieure, la taille des oreilles, la distance entre les sourcils et bien d’autres.

Ces mesures sont ensuite transformées en une formule mathématique. Les images initialement capturées sont alors converties en nombres dans un code spécifique. Ce code numérique constitue ce qu’on appelle une empreinte faciale. De la même manière qu’une empreinte digitale a une structure unique, chaque personne a une empreinte faciale unique.

Faire une comparaison

La comparaison est l’étape de la reconnaissance faciale proprement dite. Lorsqu’une personne place le smartphone devant son visage, celui-ci cherche la correspondance entre le visage détecté par l’appareil photo et la référence initialement enregistrée. Pour que cela soit possible, il faut d’abord que le visage détecté soit converti en code numérique. Le logiciel de reconnaissance faciale va ensuite comparer le code numérique obtenu et celui des images de références. Si les deux empreintes faciales sont identiques, l’écran du smartphone pourra être déverrouillé.

Toutefois, selon l’algorithme utilisé par les smartphones, il se peut qu’il y ait des faux positifs. Bien que chaque individu ait une empreinte faciale unique, les capteurs des smartphones ont du mal à distinguer deux personnes ayant des traits de visage quasi-identiques. C’est pourquoi ce mode de déverrouillage n’est pas encore aussi performant que ses prédécesseurs en matière de sécurité.